Les incursions sur piste, enjeu majeur des aéroports européens

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

https://www.aerobuzz.fr/breves-transport-aerien/les-incursions-sur-piste-enjeu-majeur-des-aeroports-europeens/

L’aéroport espagnol de Palma de Majorque a choisi le français Locken pour sécuriser et contrôler l’accès aux pistes. Un vrai enjeu de sécurité locale pour l’aéroport des Baléares qui reçoit près de 10 millions de passagers par an et un véritable enjeu européen avec la mise en place d’un plan d’action au niveau de la communauté européenne. Chaque année, 200(…)

Cet article Les incursions sur piste, enjeu majeur des aéroports européens est apparu en premier sur Aerobuzz.

Annick Girardin arrête le financement du « Fonds vert »

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.tahiti-infos.com/Annick-Girardin-arrete-le-financement-du-Fonds-vert_a166011.html

Annick Girardin arrête le financement du  « Fonds vert »
PARIS, le 30 octobre 2017. Auditionnée par les députés – lors d’une séance nocturne à l’Assemblée nationale – la ministre des Outre-mer Annick Girardin a annoncé la suppression du « Fonds vert » dans la prochaine loi de finances. Ce programme de financements de projets permettant de lutter contre les effets du réchauffement climatique dans le Pacifique était un engagement de la France lié à la Cop 21, en 2015.

L’enveloppe, acquise de haute lutte par les députés de Polynésie lors de l’examen du Budget 2017, devait compter 25 millions d’euros. Certains projets ont déjà été lancés, notamment en Nouvelle-Calédonie mais aussi au fenua puisque 17 projets bénéficient déjà de ce programme.

" Je suis très déçue par votre décision de supprimer ce fonds, qui était un engagement de François Hollande lors de sa venue en Polynésie" , s’est indignée la députée (Constructifs) de Polynésie Maina Sage. "C’est une décision incohérente avec ce que vous affichez au niveau national et avec les déclarations du président Macron. Cela génère aussi de l’insécurité et un manque de visibilité pour les investisseurs publics et privés. Si vous devez réduire, réduisez, mais ne supprimez pas ce que vous avez mis en place il y a moins d’un an !"

A cet appel, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a à nouveau opposé une fin de non-recevoir quelques minutes plus tard. Il n’est néanmoins pas question selon elle de remettre en cause la réalité du changement climatique ou de ses conséquences puisqu’Annick Girardin s’est dite consciente du fait que les iles dans le Pacifique sont en première ligne et que des atolls vont disparaître. « Si nous conservons ce Fonds vert, nous ne pourrons pas l’alimenter en 2018. Le ministère de l’Outre-mer ne peut pas être seul à prendre en compte les effets du changement climatique. Cela peut vous paraître inopportun mais c’est le moment de faire un bilan et d’associer le ministère de la Transition écologique, l’Agence française de développement et la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Nous avons notamment besoin de l’ingénierie de la CDC. Je sais combien vous souffrez de la montée des eaux et je veux une prise de conscience dans tout le gouvernement. »

Bien que présenté comme « en hausse » par le gouvernement, le Budget 2018 – 2,2 milliards d’euros pour la mission Outre-mer – a plus généralement fait l’objet de vives critiques de la part de nombreux députés présents à la « commission élargie », et tout particulièrement des rangs des parlementaires élus dans l’Outre-mer. Huguette Bello, élue (GDR) de La Réunion et rapporteur pour la Commission des lois, a ainsi fait part de son « inquiétude » sur de nombreux sujets, dont la baisse des crédits dédiés au logement et à la rénovation, de la diminution de l’enveloppe dédiée aux aides à la continuité territoriale ou encore à la suppression d’un projet culturel de « Cité des Outre-mer », à Paris.

Reprenant ces critiques à son compte et déplorant un Budget sous influence du ministère de l’Economie et de l’orthodoxie budgétaire, le député (GDR) Moetai Brotherson a souhaité attirer l’attention sur un problème polynésien : l’absence de patrouilleur pour surveiller les 5 millions de kilomètres carrés de zone économique exclusive (et maritime) qui entourent la Polynésie Française. « Où sont les Accords de l’Elysée dans ce Budget ? », s’est-il également indigné, faisant référence au fait que seuls deux mesures sur vingt apparaissent comme financées dans le prochain Budget.

« L’Accord de l’Elysée suit son cours, en particulier en ce qui concerne le service oncologie de l’hôpital, doté de 6 millions d’euros dont deux dès 2018 mais aussi du soutien aux collectivités locales puisque 12 millions d’euros leur sont consacrées » , a voulu rassurer la ministre Annick Girardin.

Cette dernière avait reconnu dans son propos introductif que les départements et collectivités d’Outre-mer allaient contribuer à l’effort national de redressement des finances publiques. Sans aller jusqu’à admettre que ce Budget comporte des économies substantielles et que des sacrifices vont être nécessaires, elle affirmait ainsi que « l’effort de réduction des déficits permettra à la France de retrouver de la crédibilité en Europe » . Une bonne partie de sa prise de parole a aussi été consacrée à renvoyer la discussion de futures mesures ou de rallonges budgétaires aux débats qui se tiendront lors des prochaines Assises de l’Outre-mer.


Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Australie: tensions avant la fermeture d'un camp de réfugiés controversé

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.tahiti-infos.com/Australie-tensions-avant-la-fermeture-d-un-camp-de-refugies-controverse_a165997.html

Australie: tensions avant la fermeture d'un camp de réfugiés controversé
Sydney, Australie | AFP | dimanche 28/10/2017 – La tension était élevée dimanche sur une île de Papouasie-Nouvelle-Guinée, à deux jours de la fermeture prévue d’un camp de rétention australien controversé, que certains réfugiés refusent de quitter.

Canberra mène une politique extrêmement dure vis-à-vis des migrants qui tentent de gagner ses côtes, en les reléguant dans ce camp de l’île de Manus ou dans le micro-Etat insulaire de Nauru.
Au final, l’Australie n’accepte aucun de ces réfugiés sur son sol, tentant de renvoyer dans des pays tiers comme le Cambodge ceux d’entre eux qui remplissent les critères du droit d’asile.
Les conditions de vie à Manus et Nauru sont dénoncées par de nombreuses ONG, des médecins citant les graves problèmes psychologiques des détenus, les tentatives d’automutilation et de suicide.
La justice de Papouasie-Nouvelle-Guinée avait jugé l’an dernier anticonstitutionnelle la détention de réfugiés à Manus. Canberra est censé fermer le camp d’ici la fin du mois.
Les autorités ont proposé aux réfugiés de Manus un transfert vers le centre de Nauru, mais la plupart ont refusé par crainte que se prolonge indéfiniment leur calvaire.
Beaucoup ont également refusé de s’installer à Manus, en faisant état de craintes pour leur sécurité et redoutant d’être rejetés par la population locale.
« Les gars disent qu’ils n’ont pas l’intention de partir », a déclaré dimanche à l’AFP Ian Rintoul, porte-parole de l’ONG Refugee Action Coalition.
« La cantine a été fermée et il n’y aura plus de nourriture disponible dans le centre de détention », a-t-il ajouté, précisant que la direction du camp prévoyait de « livrer des rations alimentaires pour deux jours. »
L’Australie avait trouvé un accord avec l’administration Obama pour que certains des demandeurs d’asile soient accueillis aux Etats-Unis. Mais seuls 54 à ce stade ont été officiellement acceptés, dont seulement 24 qui ont déjà été accueillis.
Des centaines d’autres restent détenus à Manus.
La police locale a affirmé qu’elle aiderait les réfugiés à s’installer dans des logements temporaires. Mais elle a averti dimanche qu’elle ne pouvait nécessairement garantir la sécurité des migrants et des employés du camp.
« Il y a une petite faction mécontente au sein des réfugiés », a déclaré le commisssaire Gari Baki, en demandant à la population locale de ne pas entraver le transfert prévu lundi des occupants du camp.
Mercredi, l’organisation Human Rights Watch avait tiré la sonnette d’alarme.
« Alors que la date butoir du 31 octobre se profile, des réfugiés et demandeurs d’asile de Manus ont été poignardés, battus et volés », a déclaré dans un communiqué Elaine Pearson, directrice de HRW pour l’Australie.
« L’ironie tragique est que déplacer ces hommes de leur centre sordide et les installer ailleurs en Papouasie les confrontera à des dangers encore plus grands. »


Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

La France est revenue à l'heure d'hiver ce weekend

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.tahiti-infos.com/La-France-est-revenue-a-l-heure-d-hiver-ce-weekend_a165974.html

La France est revenue à l'heure d'hiver ce weekend
Paris, France | AFP | samedi 27/10/2017 – La France et les autres pays de l’Union européenne sont revenus à l’heure d’hiver dans la nuit de samedi à dimanche, ramenant le décalage horaire avec à Polynésie française à 11 heures au lieu de 12 heures.

Dimanche à 03H00 (heure d’été), la France a réglé ses horloges sur 02H00 (heure d’hiver) en France.

La France n’a alors plus qu’une heure de décalage par rapport à l’heure GMT (temps moyen de Greenwich), à GMT +1, (et 11 heures par rapport à la Polynésie) , alors qu’il est à GMT +2 de fin mars à fin octobre.

En France, le dispositif existe depuis 1976. Trois ans après le choc pétrolier, l’objectif était de réaliser des économies d’énergie en faisant coïncider les horaires d’activité avec l’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel.

Selon le ministère de la Transition écologique, "le changement d’heure a permis d’économiser 440 gigawattheures en éclairage en 2009, soit la consommation (d’électricité, ndlr) d’environ 800.000 ménages. Grâce à ces économies, la France a ainsi évité l’émission de 44.000 tonnes de CO2". Ces économies pourraient s’accroître d’ici 2030 d’après l’Ademe grâce à des gains en matière de chauffage.

La mesure est coordonnée au niveau européen pour faciliter les communications et les transports. Ainsi depuis 1998, pour l’ensemble des pays de l’UE, le passage à l’heure d’été survient le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin et le passage à l’heure d’hiver est programmé le dernier dimanche d’octobre à 3 heures du matin

Cependant, le changement d’heure est régulièrement critiqué. Ses détracteurs évoquant tantôt la perturbation des rythmes biologiques et des activités agricoles, tantôt ses effets négatifs sur la circulation routière.

A ce sujet, une campagne d’information et de prévention des accidents liés à la baisse de luminosité en fin de journée consécutive au changement d’heure a été lancée pour la deuxième année par la Sécurité routière, la Fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance (Agéa) et France Bleu.

Selon la Sécurité routière, la nuit tombant plus tôt au moment de la sortie des classes ou des trajets travail-domicile, "chaque année, le passage à l’heure d’hiver provoque un pic d’accidentalité routière de +47% pour les piétons en fin de journée", c’est-à-dire sur le créneau 17-19H.

La France repassera à l’heure d’été l’an prochain dans la nuit du 24 au 25 mars.


Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Aeroflot cet hiver : 137 destinations dont 50 en Europe

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.air-journal.fr/2017-10-27-aeroflot-cet-hiver-137-destinations-dont-50-en-europe-5189604.html

Le groupe aérien Aeroflot propose un programme de vol pour l’hiver 2017-2018 comprenant 137 destinations dans 51 pays, dont 51 en Russie et 50 en Europe. Son trafic passager a augmenté de 16,8% sur les neuf premiers mois de l’année.

Du 29 octobre 2017 au 24 mars 2018, le groupe national russe opèrera également vers 15 liaisons vers des aéroports dans sept pays de la CEI, 13 vers des villes en Asie, cinq aux Etats-Unis et quatre au Moyen-Orient. Si une nouvelle route non encore détaillée est annoncée entre Moscou-Sheremetyevo et Oulianovsk à raison de deux vols par semaine, l’horaire d’hiver d’Aeroflot est surtout marqué par l’augmentation des fréquences sur les routes existantes. Par rapport à l’été 2017, elle augmentera ses fréquences de sept vols par semaine vers cinq destinations domestiques : Krasnoyarsk (de 21 à 27 vols par semaine), Perm (de 30 à 37), Rostov (de 42 à 49), Surgut (de 14 à 21) et Tcheliabinsk (de 28 à 35).

A l’international, un vol quotidien supplémentaire sera ajouté entre Moscou et Budapest (de 14 à 21 vols par semaine), Dubaï (de 14 à 21), Milan (de 28 à 35), Istanbul (de 21 à 28) et Helsinki (de 14 à 21). En raison de la demande saisonnière, Aeroflot augmentera aussi le service vers Malé, la capitale des Maldives, de deux à cinq fois rotations hebdomadaires. Aeroflot a étendu sa promotion aux passagers voyageant à destination et en provenance de Malé, Bangkok, Phuket et Ho Chi Minh Ville, offrant la livraison gratuite d’un équipement de surf ou de plongée pesant jusqu’à 23 kilogrammes.

Le réseau expansif d’Aeroflot – Russian Airline, membre de l’alliance SkyTeam, est complété par le service offert par les autres filiales du groupe. En hiver 2017/2018, Rossiya Airlines proposera 57 routes, avec 41 destinations nationales et internationales depuis son hub de Saint-Pétersbourg dont « des destinations particulièrement populaires » comme Simferopol, Sotchi, Krasnodar, Rome, Milan, Paris, Genève, Berlin, Prague et Tel-Aviv. A Moscou-Vnukovo, elle desservira la Crimée, la région de Krasnodar et des villes de l’Extrême-Orient russe, tandis que Tel Aviv sera desservie au départ de Rostov et Simferopol. Aurora Airlines offre « un large éventail d’options de voyage » dans l’Extrême-Orient russe, avec cet hiver des vols long-courriers entre Vladivostok, Khabarovsk et Yuzhno-Sakhalinsk, ainsi que des vols en Extrême-Orient.

Cet hiver, le groupe Aeroflot assurera ses propres vols réguliers sur 210 liaisons (196 routes non répétitives) vers 51 pays. Un total qui ne compte pas la low cost Podeba, dont le réseau dessert 47 destinations en Russie et à l’étranger (dont une nouveauté le 1er décembre, Istanbul). 

Les offres du groupe russe sont renforcées par des accords de partage de codes avec des compagnies aériennes partenaires qui couvrent 173 destinations supplémentaires. Les accords de partage de code permettent à Aeroflot de voyager dans 19 autres pays: Albanie, Algérie, Australie, Bosnie et Herzégovine, Cambodge, Ghana, Islande, Indonésie, Irlande, Kenya, Luxembourg, Macédoine, Malte, Maroc, Myanmar, Nouvelle-Zélande, Arabie Saoudite, Slovénie et Tunisie. Au total, en comptant les vols des compagnies aériennes partenaires, Aeroflot Group assurera, en hiver 2017-2018, 383 liaisons (369 liaisons non répétitives) vers 70 pays dont la Russie.

Le Groupe a d’autre part annoncé hier une hausse de son trafic passager de 16,8% entre janvier et fin septembre 2017, avec 38,3 millions de passagers ; Aeroflot à elle seule affiche 24,8 millions de passagers, en hausse de 14,2% par rapport à la même période l’année dernière. Le trafic en RPK a progressé de 18,0% pour le groupe et de 11,6% pour la compagnie, sur des capacités en SKO en haussse respectivement de 16,2% et 10,6% ; le coefficient d’occupation augmente à 83,7% pour le groupe (+1,3 point) et à 82,8% pour Aeroflot (+0,8 point).

Côté flotte, Aeroflot a ajouté huit avions le mois dernier : quatre Airbus A320, un A321, deux Sukhoi SSJ100 et un Boeing 737-800. Au total depuis le début de l’année, la compagnie aérienne a pris possession de 21 nouveaux appareils, portant la flotte totale à 210 avions au 30 septembre 2017. Pendant les neuf premiers mois de l’année, la flotte du Groupe a augmenté de 23 avions, portant le parc total à 308 avions à la fin septembre (à l’exception d’un An-24 loué et de six An-148 sous-loués).

Electricienne de piste : Fabienne nous présente son métier

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.aeronewstv.com/fr/metiers/ecoles-formations-aeronautiques/4025-electricienne-de-piste-fabienne-nous-presente-son-metier.html

Le secteur aéronautique recrute. Certains profils sont pourtant difficiles à trouver. Fabienne Pierron nous fait découvrir son métier d’électricienne de piste sur Falcon 900 et Falcon 2000 qu’elle exerce chez Dassault Aviation à Mérignac.

1 2 3 4 11