La saga du CFM56 par son « père » Pierre Alesi

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

https://www.aerobuzz.fr/breves-industrie/la-saga-du-cfm56-par-son-pere-pierre-alesi/

Le Groupe Professionnel Aéronautique & Espace Paris des Ingénieurs Arts & Métiers organise le 23 octobre 2017 une conférence sur « la saga du CFM56″. Pierre Alesi, considéré comme le « père » du CFM 56, et l’amicale de l’ISAE-SUPAERO ENSICA présenteront le réacteur le plus vendu dans le monde, ainsi que son évolution jusqu’au « Leap. » Le Groupe Aéronautique & Espace Paris, en(…)

Cet article La saga du CFM56 par son « père » Pierre Alesi est apparu en premier sur Aerobuzz.

Virginie Tetoofa : "Paripari fenua, un magazine à mi-chemin entre enracinement et modernité"

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.tahiti-infos.com/Virginie-Tetoofa-Paripari-fenua-un-magazine-a-mi-chemin-entre-enracinement-et-modernite_a165151.html

PAPEETE, le 29 septembre 2017 – Cette série de magazines de 13 minutes, diffusés tous les mercredis à 19h30 sur Polynésie 1ère, met en lumière le rapport que les Polynésiens entretiennent avec leur terre. Le concept ? Un épisode. Un lieu. Deux personnages : un orateur qui exalte son passé et un jeune qui donne sa vision de l’avenir. Virginie Tetoofa, la réalisatrice, revient sur la genèse de ce projet produit par Onesia Pacific Storytellers, la société de Marie-Hélène Villierme.

Comment est né le concept de l’émission ?

"L’idée de départ est venue d’un constat simple que j’ai fait fin 2015, alors que je revenais d’Europe où j’ai travaillé plusieurs années dans l’audiovisuel. Le constat était le suivant : les paripari fenua, c’est-à-dire les cartes d’identité d’une terre à la manière polynésienne, transmises de manière orale, se simplifiaient. Les noms de certains lieux ou toponymes disparaissaient de plus en plus des traditions orales, ou étaient de plus en plus oubliés ou méconnus. À l’époque, je réalisais un mini-documentaire pour le Service de la culture dans le cadre du classement de Taputapuātea au patrimoine de l’Unesco. Dans ce documentaire, le Service de la culture avait recueilli un paripari fenua des vallées de Hotopuu et d’Opoa. Je trouvais la forme belle et poétique, aussi bien en tahitien qu’en français ; et je me suis demandée pourquoi personne ne faisait une émission là-dessus…"

En quoi ces paripari fenua sont-ils importants ?

"Les paripari fenua font partie de notre patrimoine immatériel, et malgré quelques détenteurs de ces connaissances toponymiques, de leurs histoires, de leurs légendes (à chaque lieu est souvent rattaché une histoire de lignée, de chefferie, ou une légende), j’avais l’impression que peu de jeunes s’intéressaient à ces histoires… Il y avait pourtant là matière à faire un beau produit audiovisuel ; je voulais juste susciter l’intérêt du public, qu’il soit jeune ou moins jeune, branché culture ou pas. Pour qu’on prenne tous conscience de la beauté de la nature qui nous environne, de ces histoires légendaires laissées par nos anciens et afin qu’on préserve ce qui peut encore l’être de notre culture polynésienne… Sans l’imposer, mais juste pour donner l’envie à ceux qui le souhaitent de redécouvrir notre culture et l’art oratoire qu’est le paripari fenua ; dans un souci de mémoire. La série est en tahitien/français, sous-titrée en français, et nous allons également faire une version sous-titrée en anglais pour l’exporter."

C’est dans ce sens que vous mettez en scène deux personnages ?

"Oui, je voulais démontrer que cette culture était encore vivante, et que certains l’appliquent encore dans leur vie de tous les jours mais y posent un regard moderne. C’est comme ça que le personnage "porteur d’avenir" est apparu comme une évidence. Ainsi, à chaque épisode il y a un orateur, un paripari fenua, une légende, et un porteur d’avenir. Chacun d’eux posant son regard sur la réalité de sa commune. Je voulais donner une image positive de notre jeunesse. Il y a dans ce pays des richesses naturelles et humaines, des personnes qui entreprennent en s’appuyant sur des pratiques ancestrales, d’autres qui s’en sont détachées sans doute mais qui souhaitent faire évoluer le fenua. Par exemple, Nicky Verghnes à Mataiea s’est réapproprié l’art du ahima’a pour en faire son businness, Sarah Roopinia, fondatrice d’Ono’u, embellit les murs des villes notamment ceux d’Uturoa en s’appuyant sur des histoires polynésiennes, etc."

Où nous emmènera le prochain épisode mercredi ?

"Dans le prochain épisode, à Papara, Hira Teriinatoofa nous emmène à la découverte de Taharuu, de son travail de coach et du caillou légendaire du spot de surf de Taharuu."


« Je vois la culture polynésienne comme une culture vivante et en constante évolution. »
Quelles étaient les principales difficultés ?

"Le plus dur dans cette série, c’est de réussir à rattacher les uns et les autres, à faire le lien entre le passé et le présent tout en questionnant notre devenir. Il y a aussi ce côté hybride de la série qui est un plus pour fédérer le plus d’audience. Nous mêlons prises de vues réelles (drone, sub, etc.) à de l’animation 3D, tout en ayant recours à une mise en scène de fiction, un planning de tournage, des découpages techniques, une création musicale… Tout cela a mis plus d’un an à se mettre en place et je pense qu’on est tous fiers du résultat ! J’espère vraiment que ce programme saura conquérir un public le plus large possible."

Donnez-nous votre vision de la culture polynésienne ?

"Je vois la culture polynésienne comme une culture vivante et en constante évolution. Une culture millénaire et orale que l’on doit se réapproprier. On doit réapprendre notre histoire et la culture ancienne ma’ohi, en tirer ses enseignements, et surtout la transmettre au plus grand nombre. Je crois qu’il faut préserver ce qui peut encore l’être : les langues, les paripari fenua, les légendes, les histoires, l’art oratoire, les chants, les danses, les valeurs polynésiennes de l’accueil et du partage, les rites, les marae, les rahui, le tatouage, etc. Je pense que la culture polynésienne doit préserver ses traditions tout en faisant preuve d’ouverture. C’est cela qui décrirait le mieux le concept de "Paripari fenua" : un magazine à mi-chemin entre enracinement et modernité. Le métissage en somme."

Quels sont vos prochains projets ?

"Dans la foulée, en novembre 2017, nous repartons sur un documentaire sur le même concept que la série "Paripari fenua" pour Nouvelle-Calédonie 1ère /France Ô qui nous a commandé un unitaire de 52 minutes, toujours tourné en Polynésie, avec des histoires, des personnes et des paysages du fenua, dans le cadre de la case "Archipels"."



Tahiti-Infos, le site N°1 de l’information à Tahiti

Air Canada multiplie les nouveautés en 2018

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.air-journal.fr/2017-09-29-air-canada-multiplie-les-nouveautes-en-2018-5188325.html

La compagnie aérienne Air Canada a dévoilé pour juin 2018 deux nouvelles liaisons saisonnières au départ de Montréal, vers Lisbonne au Portugal et Bucarest en Roumanie. Cette dernière ville sera également desservie au départ de Toronto, où des vols vers Porto et Zagreb seront en outre mis en place. Sa présence à Casablanca, Lima et Buenos Aires va être renforcée.

Du 15 juin au 26 octobre 2018, la filiale loisirs Rouge de la compagnie nationale canadienne proposera trois vols par semaine entre sa base à Montréal-Pierre Elliott Trudeau et l’aéroport de Lisbonne-Humberto Delgado, opérés en Boeing 767-300ER pouvant accueillir 24 passagers en classe Premium et 258 en Economie. Les départs sont programmés mercredi, vendredi et dimanche à 20h45 (arrivée le lendemain à 8h10), les vols retour quittant le Portugal lundi, jeudi et samedi à 9h45 (arrivée à 12h10). Air Canada sera en concurrence avec Air Transat et Azores Airlines sur cette route, sa deuxième vers la capitale portugaise après celle au départ de Toronto.

Du 7 juin au 3 octobre 2017 sous réserve d’approbations gouvernementales, Rouge proposera d’autre part deux rotations hebdomadaires en 767-300ER entre Montréal et Bucarest-Henri Coanda, cette fois sans concurrence. Les départs sont programmés lundi et jeudi à 17h20 (arrivée le lendemain à 9h15), les vols retour quittant la Roumanie mardi et vendredi à 11h30 (arrivée à 14h05).

Toujours au départ de Montréal, la compagnie de Star Alliance annonce qu’elle reprendra à Rouge la desserte de l’aéroport de Casablanca-Mohammed V dès le 1er juin 2018, l’habituel 767-300ER étant alors remplacé par un Airbus A330-300 (27 sièges en classe Affaires, 21 en Premium et 244 en Economie). Les jours d’opération et horaires habituels seront apparemment conservés. Enfin la nouvelle ligne vers Lima-Jorge Chavez au Pérou, qui sera inaugurée le 16 décembre par Rouge, sera désormais assurée toute l’année et non plus sur une base saisonnière.

« Grâce à ces nouveaux services au départ de Montréal, Air Canada devient le seul transporteur aérien en Amérique du Nord desservant la Roumanie, le plus grand marché européen sans vols transatlantiques, renforçant encore plus la présence d’Air Canada dans la région sud-est de l’Europe », a fait valoir dans un communiqué Benjamin Smith, président – Transporteurs de passagers à Air Canada. « Misant sur le succès actuel d’Air Canada sur le marché portugais, la nouvelle liaison Montréal-Lisbonne renforce la présence du transporteur dans le marché d’agrément d’été au départ de Montréal. De plus, les améliorations apportées à nos services assurés toute l’année à destination de Casablanca et de Lima démontrent l’engagement continu d’Air Canada à renforcer le rôle de Montréal à titre de plaque tournante importante à notre réseau mondial. Ensemble, ces nouveaux services améliorés permettront d’offrir aux clients un plus grand confort, plus de choix, ainsi que la possibilité de profiter des correspondances pratiques dans notre vaste réseau nord-américain et international ».

Air Canada a déjà annoncé plusieurs nouveaux services internationaux sans escale qui seront inaugurés en juin pour l’été 2018, dont Vancouver-Paris, Vancouver-Zurich, Toronto-Shannon, Montréal-Tokyo Narita et Montréal-Dublin. De plus, la nouvelle route reliant Vancouver à Melbourne, exploité à compter de décembre et initialement prévu comme un service saisonnier, sera assuré toute l’année à compter de juin 2018. Rappelons que huit nouvelles destinations sans escale au départ de l’aéroport québécois ont été lancées cette année : Shanghai (Chine), Marseille (France), Dallas/Fort Worth (États-Unis), Washington-Dulles (États-Unis), Reykjavik (Islande), Tel-Aviv (Israël), Alger (Algérie) et donc Lima (Pérou). Air Canada, Air Canada Rouge « et leurs partenaires commerciaux régionaux assurant des vols sous la marque Air Canada Express » exploitent en moyenne 2400 vols par semaine entre Montréal et 87 destinations : 24 au Canada dont 9 au Québec, 20 aux États-Unis, 26 dans les Antilles, en Amérique centrale et au Mexique, 13 en Europe et, à partir de 2017, 1 en Chine, 2 en Afrique du Nord, 1 au Moyen-Orient et, dès décembre 2017, 1 en Amérique du Sud.

Nouveautés à Toronto :

Air Canada va également renforcer sa base à Toronto-Pearson, avec trois nouveautés en Europe proposées par Rouge en 767-300ER, et des vols désormais directs vers Buenos Aires en Argentine.

Vers Porto-Francisco Sa Carneiro, quatre vols par semaine seront opérés du 8 juin au 16 octobre, avec départs lundi, mercredi, vendredi et dimanche à 22h50 (arrivée le lendemain à 10h50), les vols retour quittant le Portugal lundi, mardi, jeudi et samedi à 12h20 (arrive à 15h20). Rouge fera face à Air Transat et Azores Airlines sur cet axe.

Vers l’aéroport de Zagreb-Franco Tudjman, Rouge proposera aussi quatre rotations hebdomadaires avec des départs du 3 juin au 7 octobre les mardi, mercredi, jeudi, samedi à 16h55 (arrivée le lendemain à 7h30) et des retours de Croatie mercredi, jeudi, vendredi et dimanche à 9h15 (arrivée à Toronto à 12h40). Air Transat est déjà présente sur cette ligne.

Enfin vers Bucarest-Henri Coanda, deux vols par semaine seront mis en place du 9 juin au 6 octobre, avec des départs mardi et samedi à 16h50 (arrivée le lendemain à 9h15) et des retours de Roumanie mercredi et dimanche à 11h30 (arrivée à 14h45). Rouge sera cette fois sans concurrence.

En Amérique du Sud, la liaison entre Toronto et Buenos Aires, jusque-là assurée via Santiago du Chili, deviendra directe à partir du 2 mai ; la capitale chilienne continuera d’être desservie séparément.

Air Canada fournit des services passagers réguliers directs sur 64 aéroports au Canada, 57 aux États-Unis et 98 en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie, en Australie, dans les Antilles, au Mexique, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Air Canada est un membre fondateur du réseau Star Alliance, le plus vaste regroupement de transporteurs aériens du monde, qui dessert 1 300 aéroports dans 191 pays. Air Canada est le seul transporteur nord-américain d’envergure internationale offrant une gamme complète de services à obtenir le classement quatre étoiles de la firme de recherche indépendante Skytrax du Royaume-Uni, qui a également nommé Air Canada meilleur transporteur aérien en Amérique du Nord pour 2017.

Le taxi volant 2X fait son premier vol à Dubaï

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.aeronewstv.com/fr/industrie/recherche-innovation-aeronautiques/4002-le-taxi-volant-2x-fait-son-premier-vol-a-dubai.html

Le taxi volant 2X de Volocopter vient d’effectuer son premier vol au-dessus de Dubaï (Emirats Arabes Unis). Désormais, l’autorité en charge des routes et des transports de Dubaï se donne cinq ans pour lancer ce service. Voir la vidéo sans commentaire. Lire l’article.

Norwegian inaugure ses vols vers Singapour

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.air-journal.fr/2017-09-29-norwegian-inaugure-ses-vols-vers-singapour-5188291.html

La compagnie aérienne low cost Norwegian Air Shuttle lance aujourd’hui une nouvelle liaison entre Londres et Singapour, sa deuxième destination en Asie après Bangkok.

Depuis le 28 septembre 2017, la spécialiste norvégienne du vol pas cher propose quatre vols par semaine entre sa base à Londres-Gatwick et l’aéroport de Singapour-Changi, opérés par Norwegian Air UK en Boeing 787-9 Dreamliner pouvant accueillir 35 passagers en classe Premium et 309 en Economie. Les départs sont programmés lundi et jeudi à 10h30 (arrivée le lendemain à 6h15), et mardi et samedi à 22h30 (arrivée le lendemain à 18h15) ; les vols retour quittent Singapour mardi et vendredi à 8h50 et 8h15 (arrivées à 15h30 et 14h55), et mercredi et dimanche à 23h40 (arrivée le lendemain à 6h20). Une cinquième rotation hebdomadaire sera ajoutée le 30 octobre : les départs de Londres se feront alors tous les jours sauf mardi et samedi. Norwegian est en concurrence avec British Airways et Singapore Airlines, qui utilisent toutes deux Heathrow avec de multiples vols quotidiens (dont certains en Airbus A380), plus Garuda Indonesia qui se pose à Changi à l’aller sur sa rotation entre Jakarta et Londres ainsi que Qantas (qui relancera en mars prochain des vols entre Sydney et Londres via Singapour).

Il s’agit de la première destination asiatique au départ de Londres pour la low cost long-courrier, qui dessert déjà Bangkok depuis Copenhague, Oslo et Stockholm. A Gatwick, son réseau intercontinental inclut onze aéroports aux Etats-Unis : Austin (en mars prochain), Boston, Chicago (en mars 2018), Denver, Fort Lauderdale, Las Vegas, Los Angeles, New York–JFK, Oakland, Orlando et Seattle. Norwegian souligne dans son communiqué qu’il s’agit aussi de la plus longue route low cost au monde, avec 10.885 kilomètres parcourus en 12 heures et 45 minutes à l’aller. Selon le CEO Bjorn Kjos, « nous avons apporté un avant-goût de Singapour à Gatwick pour marquer l’expansion de nos vols long-courriers de haute qualité entre le Royaume-Uni et l’Asie pour la première fois. Je suis ravi de renforcer nos vols vers les États-Unis en donnant aux voyageurs d’affaires comme de loisirs un accès plus abordable à Singapour et à l’Asie-Pacifique ».

Rappelons que Norwegian Air UK lancera à Gatwick en février prochain des vols vers Buenos Aires en Argentine ; comme ceux vers Singapour, ils sont accessibles aux passagers d’easyJet en correspondance, via le partenariat Wordlwide by easyJet. L’aéroport Changi accueille déjà de son côté les low cost long-courrier Scoot (groupe Singapore Airlines) et Jetstar Airways (groupe Qantas).

Easyjet s'allie avec la Compagnie et Corsair

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

http://www.air-cosmos.com/easyjet-s-allie-avec-la-compagnie-et-corsair-100921

Easyjet ne tient plus en place. Alors qu’elle avait annoncé au début du mois le lancement de sa nouvelle plateforme « Worlwide by Easyjet » proposant des correspondances avec des compagnies, notamment long-courrier, comme Westjet et Norwegian à Gatwick, la compagnie low cost annonce de nouveaux partenariats notamment avec la Compagnie et…

Cap sur Solenzara pour le drone Reaper de Cognac

Classé dans : Compagnie Aérienne | 0

https://www.aerobuzz.fr/defense/cap-solenzara-drone-reaper-de-cognac/

A l’occasion de l’exercice Serpentex qui se déroule actuellement à Solenzara, chaque jour ou presque un drone MQ-9 Reaper de l’Armée de l’air décolle de Cognac à destination de la Corse. L’emploi du drone MALE de General Atomics est toutefois contraint par l’obligation de circuler dans des couloirs aériens prédéterminés et par sa vulnérabilité face à la météo. Des problèmes(…)

Cet article Cap sur Solenzara pour le drone Reaper de Cognac est apparu en premier sur Aerobuzz.

1 2 3 4 11